Press

What They’re Saying

L’esprit Afropunk se retrouve d’abord sur scène avec Lianne La Havas, Willow et Jaden Smith, Lion Babe, Lolawolf, Keziah Jones, Leon Bridges (…) qui ont chacun à leur tour enflammé le public du Trianon. Mais cet esprit aura avant tout été incarné par un public qui a conféré son âme à cette toute première édition, qui, après un véritable succès, ne sera définitivement pas la dernière.

En faisant monter sur scène des groupes de différents horizons, rock indé, garage, soul, R&B ou pop, le festival met en lumière sa qualité inspirante et rebelle de la contreculture. Amis parisiens, estimez-vous heureux : pour sa première date à l’étranger, la manifestation a choisi la capitale française.

Dans la salle du Trianon, toutes les générations, toutes les nationalités sont réunies. Des Anglais, des Hollandais et même des Suédois ont fait le déplacement en organisant du covoiturage. De jeunes ados et leurs parents sont aussi de la partie. À l’instar du festival de Coachella, le spectacle se passe sur scène et dans le public, qui arbore des looks hyper pointus – du style bohème au grunge – et des coiffures toutes plus originales les unes que les autres.

The Paris festival reminded me of AFROPUNK’s ‘humble’ beginnings. Although the setting was different, the spirit was still the same. If history is to repeat itself, the festival in Paris is well on its way to being a looked-forward-to Summer staple for Paris’ alternative music scene.